Skip to main content

Les différents types de pompes à chaleur

Illustration d'une pompe à chaleur

Le soleil produit tous les jours d’importantes quantités d’énergie. Celle-ci se stocke ensuite dans l’air, dans l’eau et dans le sol. Cette énergie inépuisable et gratuite peut actuellement être exploitée pour réchauffer votre habitation, grâce à un dispositif que l’on appelle communément une « pompe à chaleur » ou PAC.

Les pompes eau/eau glycolée

Il s’agit d’une pompe à chaleur eau/eau glycolée exploite un fluide intermédiaire que l’on appelle « fluide caloporteur ». Ce fluide est une association d’eau et d’antigel dérivé du glycol, qui n’est pas toxique pour l’environnement. L’antigel sert principalement à empêcher le liquide de geler aux alentours de l’évaporateur.

Le fluide se déplace à l’intérieur d’un réseau de tuyauteries dans le sol, horizontalement ou verticalement. La pompe prélève la fraîcheur ou la chaleur de l’eau à antigel, dans le but de la restituer à l’eau du plancher. Les pompes utilisant ce type d’installation, permettent d’obtenir un excellent rendement, à condition que le capteur soit parfaitement dimensionné.

Les pompes eau/eau

Cette pompe à chaleur se sert généralement de l’eau d’une rivière, d’un étang ou d’une nappe phréatique. Souvent, elle a besoin d’utiliser une pompe intermédiaire afin de faire circuler l’eau à l’intérieur de l’évaporateur appartenant à la pompe à chaleur. Cependant, il est possible que la mise en charge (dénivelé ou artésianisme) ne suffise pas pour faire couler l’eau jusqu’à la pompe.

L’installation de cette pompe à chaleur doit être effectuée avec prudence car la puissance du débit de l’eau, voire sa qualité, peuvent être incertains. De plus, en cas d’usage d’eau provenant d’une nappe phréatique, il est essentiel de travailler sur un niveau statique relativement élevé pour ne pas avoir à utiliser des pompes immergées, qui consomment beaucoup d’électricité.

Les pompes à air/eau

Dans ce type d’installation, c’est l’air qui sera utilisé comme source d’énergie. En effet, il est présent partout et ne nécessite pas l’utilisation d’un capteur onéreux. Toutefois, la puissance de la pompe à chaleur varie selon la température extérieure.

De ce fait, par grand froid, la pompe à aérothermie risque de ne pas être assez puissante pour chauffer la maison. Il sera donc nécessaire d’utiliser des résistances électriques. Ce type d’installation convient néanmoins aux régions méridionales, et peut servir de soutien à une ancienne chaufferie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.