Skip to main content

Qu’est-ce que l’habitat participatif ?

Habitat participatif

Savez-vous en quoi consiste l’habitat participatif ? Il s’agit véritablement d’une petite révolution dans les pratiques et les mentalités, grâce à des projets de construction écologiques réunissant les générations entre-elles, dans un même cadre à mixité d’usage. On fait le point avec vous sur cette actualité insolite !

L’habitation participative : les grandes lignes

Une habitation participative se traduit sous la forme d’une opération immobilière coopérative, comprenant cinq à vingt logements maximum et impliquant en moyenne 6 à 8 familles. On parle désormais de « troisième voie de logement » pour désigner ces partenariats coopératifs qui permettent à un groupe de personnes associées de bénéficier de conditions de logement optimales à moindre coût. Ces mêmes personnes élaborent ainsi un projet commun, à la frontière entre l’espace privé (constitué des logements), et des espaces partagés (buanderie, salles de réunion ou chambre d’amis, etc..). Bien évidemment, cette opération passionnante est 100% écologique et se base sur la règlementation RT2012 !

Une organisation originale de la vie quotidienne !

On reconnaît une habitation participative, ou « cohabitat » selon un certain nombre de critères caractéristiques :

– Elle est composée à la fois d’espaces privés et communs, comme des jardins ou des salles communes
– Elle encourage et soutient une mixité sociale et entre les générations
– Elle nécessite une volonté commune de vivre dans un même espace collectif
– Elle suppose que les habitants soient à la fois gestionnaires et acteurs de leur propre mode de vie
– Elle respecte la santé des habitants du projet participatif, et respecte l’environnement grâce à l’intégration de matériaux et d’équipements écologiques
– Enfin : elle tend à développer les interactions sociales entre les individus, sans affecter la vie privée des participants

Comment s’organiser en habitation participative ?

La constitution en coopérative d’habitation (dans le cadre d’un habitat participatif), se base initialement sur un apport financier de chacun des coopérateurs, censé couvrir les mensualités et permettre notamment d’opérer un emprunt bancaire. Ainsi, la coopérative doit apporter un total moyen de 20% en fonds propres pour pouvoir supporter les mensualités bancaires. L’apport initial se fait sous la forme d’achat de parts sociales. Si jamais l’un des coopérateurs dispose de suffisamment de fonds propres, il peut alors financer l’entièreté de son logement et faire office de banque de la coopérative, en avançant les fonds nécessaires et sans intérêts.

L’habitation participative et l’encadrement législatif

Depuis le 19 février 2014, la loi ALUR permet un encadrement législatif renforcé pour l’habitation participative. Celle-ci reconnaît l’existence d’une telle communauté d’intérêts aux yeux de la loi, des banques, des notaires ainsi que de tous les partenaires potentiels du projet. En particulier, le chapitre VI article 22 du projet de loi prévoit la création de sociétés d’habitat participatif, qui pourront prendre plusieurs formes juridiques telles que les coopératives d’habitats et les sociétés d’attribution et d’autopromotion. L’objectif visant dans les deux cas à l’instauration d’un cadre juridique permettant à des personnes ou des ménages de se regrouper afin de travailler à la définition et la conception de leurs logements.

Une réponse à “Qu’est-ce que l’habitat participatif ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *